Déterminé - Passions d'Immortels

Passions d'Immortels
Passions Emotions
Aller au contenu
Loin devant




Pour déjouer mes peurs et repousser mes limites, j’ai joué et me suis douloureusement brulé à l’intense flamme de la réalité
Pour un enfant de la montagne verdoyante et des vallées ardentes, je ne suis pas né cavalier
Nombre d’amis autour de moi se plaisait à monter à loisir sans s’arrêter, j’étais fasciné par leur dextérité, la complicité qu’ils avaient avec leur monture, une communion
parfaite semblait se nouer entre eux.
Par tempérament de feu de mes racines basques d’Aragon, j’ai voulu m’essayé, mais en vain rien n’y faisait, trop maladroit surement.
Le Cadre Noir et ses beaux équipages me faisaient rêver
Dresseurs de la steppe et des grandes plaines boisées m’ont conduit vers Zingaro, un grand Maître qui sait parler à ses montures, et qui lui obéissent sans cri ni ruades.
Magie, fulgurance, passion, les mots ne sont pas assez puissants pour décrire mes émotions du moment. Un Maître, un jour, m’a dit ces mots « Va mon petit, va au bout
de tes rêves et de tes passions ».
Un de mes rêves pouvait enfin se réaliser, monter à cru en me laissant guider par mes émotions, le tempérament de ma monture en a décidé autrement
fougueuse et déterminée, elle a refusé l’obstacle et m’a éjecté violemment dans sa direction, ne sachant planer je m’y suis écrasé brutalement par deux fois
Cet obstacle m’a brisé les deux ménisques et mon rêve s’y est envolé
Malgré cet essai raté, j’ai continué, plus déterminé que jamais à réaliser mes passions et dépasser mes limites et les repoussant toujours plus loin
La douleur me maintient en vie et m’aide souvent à la supporter
Je ne suis pourtant pas un être fragile, mais mon esprit et mon corps ne sont parfois pas toujours d’accord
Je ne supporte pas les lumières vives, les accélérations rapides me font perdre conscience
Ma vue se brouille lorsque le paysage s’agite fortement ou l’ascenseur perd ses freins après y être monté.
Il y bien des lunes et des printemps, j’ai pris un avion qui a bien faillit m’emmener par-delà les nuées au pays des firmaments par 10 000 pieds d’altitude
Ne voulant pas être cloué au sol, j’y suis remonté pour vaincre ce démon qui entravait ma vie, et par-delà les montagnes et les horizons
J’ai navigué entre les nuages, d’Est en Ouest à plus que de raison, un jour il m’a mené vers les glaces du Paradis Blanc par 80° de Latitude Nord, où j’ai baigné mon âme
dans cet océan glacé

Un petit bout de moi y est resté pour toujours et à jamais !!

« Mon grand, tu as attrapé le Virus des glaces, me dit le Commandant »
Retourner au contenu