Etre ou ne plus Etre - Passions d'Immortels

Passions d'Immortels
Passions Emotions
Aller au contenu
Je suis né sans savoir exactement qui j’étais

À l’âge de 8 ans, mon sexe commença à m’intriguer, la masturbation a commencé à ce moment, mon rapport avec lui était négatif, je le rejetais comme si une force, autre identité à l’intérieur de moi, me l’interdisait.

Les vêtements masculins devenaient plus lointains

A 12 ans, ceux des filles m’attiraient, bien essayé après ma majorité, mais sans résultat car je rejetais aussi cette personnalité

En conflit intérieur avec deux entités bien déterminées, dans le même corps.

Certaines personne ont besoin d’un déclencheur, désinhibiteur pour laisser leur autre moi sortir au grand air, celui ou celle qui se cache derrière le masque du contrôle permanent

En moi, les identités commutent suivant leur désir, créant souvent un conflit à m’en faire perdre la raison
Durant une partie de ma vie, j’ai navigué sans m’attacher, impossible de continuer une relation sans avoir l’envie de partir, le dégout me venait en plein rapport sexuel, comme si la femme en moi refusait le rapport avec une autre.

Impossible de franchir la porte d’un lieu gay, je ne savais pas ce que je cherchais.

Il m’est arrivé d’accompagner une amie en balade dans ces lieux, lui permettre de rencontrer sa Juliette, un homme m’a abordé, tenté de me draguer, l’ai repoussé non parce qu’il ne me plaisait pas, mais parce que je ne savais toujours qui j’étais

L’éducation catholique ne sert qu’à opprimer les peuples, enfermer les esprits, non les libérer. La mienne m’a enfermé dans mon corps durant près de 40 ans

Pourtant mon corps à ses différences, ma silhouette se rapproche plus de celle d’une danseuse que d’un camionneur, l’implantation des cheveux est différente de celle masculine, la pomme d’Adam est non apparente, parfois ma gestuelle aussi est surprenante, ma conception de la vie m’est particulière.

D’autres approches masculine n’ont pas donnée ce que je désirais, pourtant celui de Hanovre, ce Trans était bien dans mes cordes. Je l’ai embrassé sur la bouche avec ma langue, le désir montait en moi plus je le caressais. Ce n’était pas le moment car l’ambiance a été plombée par une autre relation tripartite amoureuse.

Cela m’a laissé sur ma faim, une relation SM avec une belle italienne, mais qui ne souhaitait pas non plus me donner ce que je cherchais, le sadomasochisme était un dérivatif, forme pour moi de trouver le plaisir qu’il m’était impossible, de ressentir en relation sexuelle avec une femme ou un homme.

Cette belle italienne a déloqué en moi un verrou, me permettre d’avancer plus loin, effacer plusieurs tabous, libérer mon esprit et mon corps de l’entrave virtuelle que j’avais créé

Mais pas suffisamment car je me sentais toujours piégé

Une catalane est arrivée, possessive et dominatrice

Redevenu les pensées et fantasmes SM sont répartis entre les deux identités, parfois plus violent coté féminine, plus érotique pour la masculine.

Les deux peuvent permuter rapidement, ou bien l’envie de tous les deux y participer.

Ce qui fait de moi une étrange mixité de sentiments, fantasmes, émotions à deux identités très déterminées
Retourner au contenu