Ultra sensibilité - Passions d'Immortels

Passions d'Immortels
Passions Emotions
Aller au contenu
La nature est étrangement faite

Femmes et hommes passent beaucoup de temps à se pomponner, se raser, s’épiler les poils du torse, des jambes, de l’entre-deux, du maillot, des aisselles, sans oublier le bec, oreilles, sourcils, le nez, pieds, nombril, la raie.

Moindres recoins, interstices sont passés à la loupe, à la cire, au laser

Couper, brûler, labourer, arracher pour paraitre plus lisse, doux aux reflets

Je n’ai pas ce souci, cette obligation

Rien ne pousse sur mon corps, hormis les cheveux bien plantés, noirs jais comme mes sourcils. Ils bouclent naturellement, sauvages ils dévorent mon visage, en effacent les traits.

Ma peau douce et souple sans aucun duvet, rien à couper, ni arracher, ni brûler. Lisse, douce, légèrement brillante aux reflets.

Un régal sous les aisselles, entre les cuisses, sur les jambes, même dans le nez.

Vivre dans un corps mixte, double personnalité, aux fantasmes mélangés serait idéal, à part les sensations qui sont parfois difficiles à décoder.

Ma part féminine s’exprime autant en rapport mixte, homme ou femme. Ma partie masculine en fait tout autant

Le basculement sexuel de mon âme ne prévient pas, le ou la partenaire quelquefois surpris de mes réactions

Je ne confonds pas les couleurs, une altération de certaines perceptions. Depuis toujours, impossible de faire la différence le chaud et froid, même leur brûlure en extrême cas.

En Arctique je restais longtemps sur les ponts extérieurs, glacés par les vents et conditions polaires. Le givre se formait sur mes objectifs, ou le bout de mon nez, pourtant je ne bougeais pas, ne ressentais cette morsure du froid

Ressenti identique avec la flamme, j’ai bien joué avec elle dans une précédente existence, sans qu’elle ne morde mon épiderme.

Rien n’est parfait
Retourner au contenu