Origine - Passions d'Immortels

Passions d'Immortels
Passions Emotions
Aller au contenu
Le Goût, l’odorat, le toucher, l’ouïe, la vue captent les informations, transmis au cerveau qui les convertit en champs électriques pour les muscles et capteurs.

Un échange permanent se fait pour créer des convulsions, bandage de muscle, excitation des parties sexuelles, érogènes (zones à fortes sensibilité), chaleur ou fraicheur ne sont que des sensations produites pas un déplacement rapide d’électron, ou leur charge en électricité.

Notre univers est régit par la charge électrique

Un mot, une phrase est nul d’effet, seul celui qui les lit, peut les codifier. Une charge électrique se traduit par différente réaction du corps, entraine une succession de sensation ressenties par le corps extérieur et intérieur

Celui qui peut contrôler, en comprendre l’exact fonctionnement, n’est plus en recherche de contact extérieur, il peut produire ses propres champs électriques, sans interaction avec autrui, il en devient un être dit suprême, capable de se sublimer soi-même

Celui qui arrive à ce niveau de compréhension peut le partager ou bien s’en servir pour dominer ses congénères. Là est une bonne question

Chacun à son fournisseur de sensation qui peut être matériel : voiture, maison, moto, avion, bateau, fusée, vélo, tableaux, valeurs or et pierre précieuses.

Autres préfèrent les fourrures de bêtes, vêtement, fripe, hayon, latex, plastique, cuirs cirés qui donnent des sensations au contact sur la peau.
Un musc particulier senti par l’odorat, réaction visuelle.
Tous ces capteurs transmettent leurs données au cerveau, qui les convertit en réaction, chaleur, sur lesquels nous posons des mots, désir, passion, besoin, attirance, soumission, domination.

Autres auront besoin d’un contact physique corps à corps, caresses, baisers, regards, griffes dans la chair induisant une forte réaction en chaines de sensations, d’émotions

Pénétration anale, buccale, vaginale provoque de forte frictions sur des chairs ultra sensibles, qui se traduisent par de puissante décharges d’énergie, convertis en molécule différentes adrénaline, afflux d’oxygène dans le sang, endorphine pour calmer le corps et morphine pour endormir le cerveau

La friction d’autre corps externes plus rudes, fait de matériaux rugueux ou incisifs apportent un mélange extraordinaire. Une forte fessée à main nues, échauffent les capteurs dans les chairs du fessier, transmettent leur données au cervelet qui les mixent ou pas avec celles de l’odorat, captant les effluves de la scène : émises par son propre corps, de celui qui tient l’objet, transpire son odeur et son énergie.

À cela s’ajoutent les souvenirs d’une autre séance en tant que récepteur, ou ceux pris en tant que spectateur.

Les mots sont chargés d’énergie, correspondent à telle réaction de votre corps, engendre un demande plus forte, pour plus de ressenti.

Faites un bon cocktail de ressenti, sensations, émotions vous serez dans ce que certains nomment l’orgasme total, ou la parfaite extase permanente

Celui qui sait manier les mots, peut tout aussi transmettre la plénitude, le plaisir, désir, violence haine et destruction

Celui qui sait manier sa plume, est un puissant dominateur, ses lecteurs accepteront beaucoup ou tout suivant leur degré de soumission.

Il deviendra un gourou, chef de meute, maître de son petit monde et souhaitera un jour l’agrandir en sa totalité.

Dans une autre vie j’ai subi les interactions sauvages de mon corps avec autrui, par l’intermédiaire de cuirs fortement tressés, martinets, fouets, cravaches, badines, fils cuivrés, règles, bambou, branche de houx, de rosiers

Certaines ont bien tenté de me dominer sans y arriver, un peu capturé, attrapé sans être enfermée, ma plume libérée les faisait rêver, les alimentait en électricité, source d’énergie indispensable pour leurs émotions et sensation en permanence renouvelées.

À cela une question me vient de demander à tous ceux et celles qui pensent, ou croient dominer autrui.
Quel est votre ressenti exact lorsque que soumettez votre serf personnel, à tous vos désirs

Ne trichez pas, triturez-vous un peu là où cela fait grand mal, aidez-vous de votre fouet en autopunition, passez à l’impression
Retourner au contenu