Sens de la vie - Passions d'Immortels

Passions d'Immortels
Passions Emotions
Aller au contenu
L’essence de la vie, les sens de la vie
La partie la plus importante du corps, n’est pas le cerveau, ni le sexe, encore moins les pieds.
C’est l’estomac où tout se forme, interagit, se mélange, se conçoit

Si vous le contentez il ne saccagera pas votre corps de l’intérieur en réaction, contraction
L’arbre de vie de la Cabale Magique, décrit parfaitement la naissance des émotions, les capteurs de sensations, les transmettent au point central de votre corps, l’estomac.

Même le sexe y est rattaché, ceux qui sauront comment il fonctionne, pourront influencer leurs moments de vie intellectuelle, spirituelle, sexuelle.

Dans les anciens textes celtes, il est fait état du même arbre de vie, aux propriétés identiques, les potions et filtres crées pour le soigner ou bien le détruire.

Une belle et intense réflexion que voilà, que certain ou certaines devraient approfondir.
Pour changer de sujet, un peu différent, celui de la réflexion

Dans mon métier, je conçois parfois des tutoriels techniques pour permettre à d’autres de réaliser sans risques, l’intervention sur une partie précise d’un appareil.

Ces mémos techniques ne remplacent pas la réflexion, la compréhension, déduction et sensations qui sont l’essence de ma profession, et de celle de chercheurs dans la leur.

Cette époque part en morceaux, les individus ne pensent plus par eux-mêmes, trop fatiguant de tenter de comprendre la simplicité qui passe devant leur nez.

Outre les invitations sans fondements reçues depuis quelques temps, je reçois des messages autrement avec des contenus affolants « auriez-vous une baguette magique pour me dire quel est le composant défectueux sur mon appareil », « je vous envoie une photo, une vidéo, un enregistrement sonore ».

Parfois je réponds calmement par « non », autres par « auriez-vous un tapis magique, ou système de transfert télépathique me permettant d’entrer en relation directe avec l’électronique de votre appareil ».

Cela vous paraitra étrange, dans ma conception personnelle de la maintenance, j’ai besoin de bases techniques pas de formules magiques.

La maintenance requiert de faire des mesures, de relevés de tensions, de signal, poursuite de la courbe accrocheuse, celle destructrice.

Ces données sont ensuite posées sur un papier pour être décortiquées, comparées avec le schéma technique pour comprendre ce qui se passe, ce qui manque ou contraire ce qui ne devrait pas s’y trouver.

La suite est simple, après la déduction vient la compréhension, qui ramène à la case départ pour avancer, pour recommencer, ainsi de suite en boucle durant de longs moments, pouvant frôler la folie si vous ne trouvez pas la sortie de votre problème.

Il n’existe pas de formule magique ni de tutoriel, pour remplacer un cerveau, chacun doit penser différemment, sinon nous ne sommes que des robots

Des années bien avant, j’ai connu un Maître en mécanique automobile, il écoutait les moteurs, en détectait le moindre bruit anormal, anomalie imperceptible, mais fatale à l’accélération, freinage ou reprise, un petit détail qui anéantira vos rêves de victoire, ou ceux de purs plaisir dans une ligne droite à 350 km/h

Cliquetis des mécanismes, l’assouplissement des ressorts sans que le moteur ne fonctionne, simplement en action avec de main, il tournait un autre arbre, silence total dans la pièce, une de ses oreilles collée à la bête.

Il œuvrait aussi en action, écoutant le chant des pistons, celui de la carburation, la tension montait à chaque accélération, le moteur n’était pas le seul à monter dans les tours

Sur la piste j’étais le plus heureux, vapeurs de carburant accéléraient mes pulsations, plus rapidement qu’un dérapage en sortie de virage, ou l’échappatoire entre deux pris en sandwich.

L’avant course est indescriptible, lever de soleil sur la piste vide, s’assoir sur le goudron, fermer les yeux pour la voir défiler.
Retourner au contenu